BP 520 Le Charrel - 13681 AUBAGNE CEDEX
accueil@ballonrouge.org

BALLON ROUGE

En préparant les jours meilleurs

Mouvement dans l'éducation (Bouches du Rhône)...


L'académie a repris le travail le 28 avril et la grève le 2 mai, comme prévu avant les vances de Pâques. La participation des enseignants au défilé du 1er mai a été importante, liant les problèmes de la précarité, de la décentralisation et des retraites.
Le 2 mai a été marqué par une manifestation le matin devant l'Inspection Académique, après la pose de banderoles sur les échafaudages qui sont installés sur sa façade. Les enseignants du secondaire étaient majoritaires dans cette manifestation qui a regroupé 2500 personnes. Une Assemblée Générale de la coordination des établissements en lutte, à la fac St Charles, a reconduit la grève.
Ce qui est nouveau, c'est la position des organisations syndicales puisque le soir du 2 mai, la FSU, le SGEN-SFDT, l'UNSA, SUD-éducation, le SAM-CNT, le SDEN-CGT ont appelé en commun à généraliser le mouvement de grève et de manifestations en reconduisant la grève à partir du 6 mai (appel à la grève, national et intersyndical, dans l'éducation).
Nous nous trouvons dans une dynamique de mouvement long et actif qui répond aux attaques contre les personnels de l'éducation, contre leurs statuts et contre la notion même de service public d'état. Dans le même temps la chute importante ( plus de 20%) du niveau des pensions est un élément fédérateur dans le milieu. Nous sommes donc engagés à faire le lien avec l'appel interprofessionnel du 13 mai sur les retraites avec l'espoir d'entraîner d'autres secteurs de la fonction publique, au moins.
Il est intéressant de voir une politisation accélérée du mouvement qui relie la nature de ces attaques avec le processus de la mondialisation.
Il faut compter avec des démonstrations médiatiques importantes et un travail d'explications en direction des parents d'élèves et de l'opinion. Comme par hasard, il ressort la question du débat sur l'éducation au parlement en juin et surtout celui du collège unique. Il est susceptible de créer des clivages dans la profession qui vit mal les difficultés dans les zones sinistrées mais, cependant, c'est dans ces zones que le mouvement est le plus actif.
Pour ce qui est des écoles du centre de Marseille et des quartiers Nord, le SNUipp-FSU a été reçu pendant les vacances au ministère qui a reconnu les difficultés, le taux d'encadrement insuffisant mais qui n'a formulé aucun engagement. Ceci est d'autant plus dramatique que la mairie de Marseille ne veut pas construire d'école au centre ville, empêchant par là des ouvertures de classes qui sont acceptées au niveau de l'académie.
(à suivre)


Michel Bonnard, 04-05-03.

accueil
E.MailQui sommes-nous ?Les vendredis de Ballon RougeLe journal de Ballon RougeLes archives de Ballon Rougeles sites recommandés par Ballon rouge